Ella est née un lundi. Personne n'aime le lundi en principe ...

Le dimanche au soir, c'est un véritable défilé qui s'est produit dans ma chambre, toutes ces personnes avaient de bonnes intentions : mon chéri avait son petit lit d'appoint, nous avons eu, je crois, notre seul dîner en amoureux depuis la naissance de notre garçon, ironique, non ??

La sage-femme de nuit est passée se présenter, m'a donné mes anxyolitiques, nous avons discuté à nouveau de la journée du lendemain. Nous avons également eu droit à la traditionnelle tisane du soir qui ne se refuse sous aucun prétexte ! Une aide soignante ou une ASH, je ne saurai le dire ... Toujours est-il que cette dame, qui était au courant du malheur qui nous frappait, avec toute la douceur du monde, nous a proposé un moment de détente. Elle souhaitait nous faire partager une chanson sur les bébés dans le ventre de leurs mamans en nous prévenant qu'elle pouvait être triste pour nous. Qu'importe, nous voulions l'entendre parce qu'à ce moment-là, nous étions des parents qui allions mettre au monde la plus belle des petites filles. A ce moment-là, nous étions des parents comme les autres et j'écoute régulièrement cette chanson en pensant affectueusement à cette dame qui nous a interprétée a cappella, en nous regardant tendrement, Le Cosmonaute de Georges Chelon.

Écoutez et appréciez

Je suis comme un cosmonaute 
Dans une capsule spatiale 
En apesanteur, je flotte 
Rien ne peut me faire de mal 
Je suis relié en permanence 
Au vaisseau intersidéral 
Qui assure la maintenance 
Grâce au cordon ombilical 
J'arrive à la fin du voyage 
Déjà neuf mois que j'attends 
Je suis parti sans bagage 
Je serai nu en arrivant 
Et je viens du fond des âges 
Je viens du bout de la nuit 
Au début, j'étais au large 
Maintenant c'est trop petit 
"Tu vas débarquer sur la terre" 
Ont dit les Sages à mon départ 
"Fais attention à la lumière 
Toi qui voyag'ras dans le noir 
Tu vas dans le monde des hommes 
Ils vont bien prendre soin de toi 
Elle va t'aimer, tu verras comme 
Elle te serrera dans ses bras" 
J'en sais plus long qu'on le pense 
Sur ce qui se passe dehors 
Si j'ai grandi dans le silence 
Depuis que j'approche du port 
J'entends souvent quelqu'un qui chante 
J'entends des rires, j'entends des pleurs 
Et sa voix qui me dit: "Patiente 
Encore un peu, c'est presque l'heure" 
Et puis elle pose sur ma tête 
Sa main pour que je n'aie pas peur 
C'est plutôt elle qui s'inquiète 
Je le sens au bruit de son cœur 
Je sens le vaisseau qui tremble 
Nous sommes en phase finale 

Nous allons manœuvrer ensemble 
Pour le moment tout est normal 
Le compte à rebours commence 
Le processus est engagé 
Ce s'ra bientôt la délivrance 
Plus le moyen de reculer 
Il faut stopper les machines 
Ouvrir le sas de sortie 
Dépressuriser la cabine 
Et plonger dans la vie 
Aïe, aïe, aïe, cette lumière 
Gardons bien les yeux fermés 
Mais qu'y a-t-il, je manque d'air 
Ah c'est vrai qu'il faut respirer 
Ma poitrine se déchire 
C'est la vie qui me fait du mal 
Je crie: "Laissez-moi repartir 
Là-bas au-delà des étoiles" 
Je ne suis plus un cosmonaute 
Il n'y a plus d'apesanteur 
Je suis tout nu et je grelotte 
De faim, de froid et de peur 
Je suis tout nu et je grelotte 
De faim, de froid et de peur 
On rit de moi, on me tripote 
Et je crie de rage et je pleure 
Je suis si faible comment faire 
Pour rejoindre celle qui m'a porté 
En elle jusqu'à cette terre 
Et qui m'y a abandonné 
Alors elle pose sur ma tête 
Sa main comme elle faisait avant 
"Il ne faut pas que tu t'inquiètes 
Je suis là, je suis ta maman" 
Il ne faut pas que je m'inquiète 
Elle est là, elle est ma maman 
Alors elle pose sur ma tête 
Sa main comme elle faisait avant 
Il ne faut pas que je m'inquiète...